Logiciels de création de fontes

interface robofont, création des fontes

Logiciels et outils en ligne

Tout designer graphique a eu, à un moment ou à un autre, à produire une police de caractère, soit par manque de fontes aux qualités esthétiques ou techniques recherchées, soit tout simplement par envie de créer.
Gratuits ou payants, ces outils s’adressent, pour la plupart, à des designers avertis. Car, il faut bien le dire, la création de fontes est un processus long et complexe qui ne s’arrête pas avec le dessin (l’aspect structurel et esthétique). Il faut encore développer la gestion des espaces entre les glyphes et les mots, les déclinaisons : bold, italique… Ensuite tester et parfaire.
Voici donc un bref panorama des logiciels de création de fontes.

Fontographer, le dinosaure

logo fontographer

Aussi surprenant soit-il, ce logiciel est toujours en service !
Développé par Altsys pour Mac est sorti en janvier 1986, deux ans avant la sortie d’Adobe Illustrator.
C’était le premier logiciel d’édition de fontes basé sur les courbes de Bézier pour un usage sur un ordinateur personnel.
Fontographer 2.0 est sorti huit mois plus tard à l’automne 1986 ; la version 3 est publiée en 1989.
En 1995, Altsys a été racheté par Macromedia. Bien que le développement de l’éditeur de polices ait été gelé à partir de 1991, date de sortie de la version 4.1 jusqu’en 2006, de nombreux typographes et graphistes ont continué à l’utiliser.

En 2005, les droits de distribution de Macromedia ont été acquis par FontLab, le concurrent historique. Celui-ci était considéré comme plus complexe à l’utilisation.
En 2010, FontLab publie la version 5 et Fontographer apporte des fonctionnalités majeures, en positionnant ainsi Fontographer comme un logiciel intermédiaire de leur logiciel d’entrée de gamme TypeTool.
La dernière version (5.2) est toujours en service mais c’est une application en 32 bits dont l’arrêt de prise en charge est prévu fin 2021. 
Les utilisateurs Mac de Fontographer sont donc invités à passer à FontLab.

FontLab Studio, le concurrent

FontLab est actuellement le logiciel de création de fontes le plus avancé, offrant des fonctionnalités plus complexes et précises, mais également une interface plus intuitive.
Au gré des évolutions technologiques, principalement liées au codage informatique qui ont généré des nouveaux formats des fontes, l’éditeur a développé plusieurs outils (logiciels) destinés à des usages spécifiques (AsiaFont Studio : des fonctionnalités spéciales pour l’édition des polices chinoises, japonaises et coréennes, par exemple). Certains outils ont été abandonnés, d’autres ont été inclus dans FontLab Studio depuis la version 5.1.
FontLab développe également un autre logiciel à destination des étudiants : TypeTool. Plus accessible, avec moins de spécifications et surtout avec un prix bien plus abordable.
À la sortie de FontLab en 1993, seule la version Windows est disponible, la version Mac n’arrivera qu’en 1998. Depuis 2005, les versions sortent quasi simultanément.

TypeTool, le petit frère

Développé par FontLab, TypeTool est un logiciel complet à destination d’un public débutant. Il permet d’accéder à un grand nombre de fonctionnalités comme la création des objets propres ou des cliparts et des déclinaisons de polices. Il prend en compte des tables de fontes qui incluent les ligatures, les fractions, les symboles, les caractères non latins.
Son prix est assez intéressant, cependant les utilisateurs de Mac seront encore laissés de côté, puisque le logiciel ne fonctionnera pas avec MacOS Catalina.

FontForge, le logiciel libre 

Pour l’instant, FontForge reste la référence du logiciel de création de fontes libre et gratuit. Il fonctionne sur Mac et Windows, mais également sur Python. 
Son histoire commence en 2001 et est développé par George Williams jusqu’en 2012. 
Il prend en compte de multiples formats de fontes : des historiques aux plus récents (sauf OTVar).
Son format natif est un .sfd (Spline Font Database). 
Malgré des mises à jour assez fréquentes, son interface est austère et quelque peu désuète.

BirdFont, un autre logiciel libre, ou presque

Vous avez deux choix : générer une fonte sous licence SIL (OFL) ou avec une licence commerciale.
La licence commerciale est à moins de 10 € et permet de générer également des fontes en couleurs (.svg).
L’interface est fluide et facile à appréhender et vous pouvez générer de formats TTF, EOT et SVG. Une licence utilisateur final standard est émise lors de l’achat de fontes individuelles sur les plateformes de vendeurs de polices (comme les fonderies de caractères indépendantes et des revendeurs comme MyFonts, FontSpring, FontShop). Cette licence est le plus souvent prédéfinie. Comme il est émis pour les utilisations courantes des fontes, le contrat de licence utilisateur final standard comprend des termes et des conditions types.

Robofont, le logiciel à la carte

RoboFont a été conçu comme un composant de logiciel avec la possibilité de rajouter des modules supplémentaires, ce qui le rend très flexible et performant. Le cœur de RoboFont est un éditeur de dessin complet, contenant tous les outils de base dont un concepteur de polices a besoin pour dessiner et modifier un dessin. Étant extensible, si un utilisateur éprouve le besoin d’une fonctionnalité qui ne fait pas partie de RoboFont, elle peut être ajoutée. Cela donne aux designers le contrôle pour concevoir le logiciel qui correspond à leur propre flux de travail.
Le logiciel est payant pour les professionnels mais donne également la possibilité d’une licence gratuite aux étudiants pour un an ou le temps de leurs études.

Fontself, un plug-in

Fontself n’est pas un créateur de polices de caractères à proprement parler mais une extension destinée à Adobe Illustrator ou à Photoshop. 
Disponible pour PC et Mac, elle très intuitive et la prise en main ne demande que très peu de temps. Elle permet de générer des formats .otf et .svg pour les polices en couleur.
Le prix est tout à fait raisonnable et payable en une seule fois. 
Sa cible principale : des étudiants qui débutent avec la conception des polices et des graphistes pas spécialement expert en typographie.


FontStruct, une expérience ludique

FontStruct est une application 100 % gratuite qui permet aux plus réticents de dessiner leurs propres typographies en utilisant des formes géométriques à partir desquelles on peut construire des caractères. Si cela ne suffit pas, l’application met toute une bibliothèque dans laquelle se trouvent des polices de caractères créées par d’autres utilisateurs et que l’on peut modifier. 
Loin d’être un logiciel professionnel, il permettra aux concepteurs avisés de s’amuser pendant quelques instants et aux débutants d’avoir une expérience ludique.


GlyphrStudio, le logiciel en ligne

Cette fois-ci, voici un logiciel en ligne et totalement gratuit qui permet de créer des polices de caractères librement, rapidement et simplement. Si on n’a pas une grande inspiration, GlyphrStudio donne accès à des polices déjà existantes afin de pouvoir les modifier. 
L’interface est assez semblable à celle des autres logiciels de création de polices et peut être une solution de remplacement. Le logiciel gère bien les quatre tables de glyphes : latin basique, latin supplémentaire, latin étendu A et latin étendu B, mais on peut également rajouter des tables supplémentaires.
L’export se fait en .otf et .svg.


Prototypo, développer une fonte

Prototypo était un projet d’étudiant commencé il y a dix ans.
Le 1er juillet 2020, le service en ligne a été suspendu faute de moyens. 
Coder et concevoir une application ou un logiciel est un emploi à temps plein et demande outre un investissement intellectuel d’avoir un business plan solide…
L’intérêt principal de ce service était la possibilité de créer un grand nombre de variantes pour des polices de caractère déjà existantes. Lors des modifications d’une police de caractère, on pouvait voir les changements en direct, en temps réel. Il permettait d’intervenir sur des caractéristiques comme les empattements, la graisse, les contrastes, en traitant ces paramètres comme des composants. 

On pouvait y voir dans ce projet les approches d’une police variable : format très récent (2016) mais prometteur tant sur le plan créatif que sur le plan purement technique.
En effet, ce format initialement destiné au web, génère des polices beaucoup plus légères en matière de poids (kilo-octets).
Récemment, Adobe a intégré ce format dans les logiciels qu’il commercialise ainsi que dans son service Adobe Font.


FontArk, c’est du sérieux

FontArk est un outil en ligne qui fonctionne avec une logique d’architecture de la lettre plutôt que de formes, ce qui est le cas des autres logiciels. Une fois le squelette créé, on peut décider de l’épaisseur du trait, des finitions des jonctions, des empattements.
Il est possible de sélectionner plusieurs caractères afin qu’ils subissent les mêmes modifications en même temps. 

Il prend en compte les tables de caractères :
Basique – Latin (majuscule, minuscule, chiffres, ponctuation).
Hébreu – Lettres.
Latin-1 (tableau supplémentaire Unicode Latin-1 couvrant les scripts français, allemand, espagnol, islandais et vietnamien).
Latin – Pro (Une combinaison du bloc Unicode Latin Extended A et des caractères de typographie avancés supplémentaires adaptés aux polices multilingues commerciales, couvrant les scripts suivants :
afrikaans, basque, breton, catalan, danois, néerlandais, féroïen, finnois, gaélique, indonésien, irlandais, italien, javanais (latin), malais (latin), norvégien, portugais, sami (sud), swahili, suédois et wallon. Comprend également d’importants opérateurs mathématiques, tirets, devises et ponctuation spéciale).
La table de caractères Unicode – Ajout manuel de tout caractère souhaité.

Le format d’export est uniquement du OpenType (.otf).
L’accès est gratuit, tant que cet outil est en version beta.


iFontMaker, pour l’ébauche de votre fonte

iFontMaker est une application disponible uniquement pour iPad. Le dessin à la main levée et d’après une trame est transformé en fonte. Plutôt basique comme approche mais intéressant pour une première ébauche.


En conclusion

Aujourd’hui, le marché du logiciel de création de polices de caractère commence à se restreindre.

D’une part l’offre pour les professionnels se synthétise autour des éditeurs historiques : FontLab, RoboFont, FontForge ; d’autre part l’offre pour le public amateur se réduit : ProtoTypo vient de suspendre son service, TypeTool ne sera bientôt plus disponible pour les utilisateurs Mac et FontSelf annonce la fermeture d’un de ses services complémentaire Catapult pour la fin octobre. 

Si on revenait une vingtaine d’années en arrière, les éditeurs de fontes géraient 256 glyphes, ce qui permettait même à un novice de produire sa propre fonte – des sites comme Dafont en regorgent. 

Aujourd’hui, les fontes OpenType peuvent contenir plus de 65 000 glyphes dans un fichier de polices unique qui peut regrouper nombre de glyphes non standard : chiffres elzéviriens, petites capitales, fractions, lettres ornées, indices supérieur et inférieur, caractères de titrage, variantes contextuelles et stylistiques ainsi qu’un éventail complet de ligatures, sans parler des variantes linguistiques.

Ainsi il faut se rendre à l’évidence : produire une fonte est un travail de très longue haleine et demande des fonctionnalités avancées afin de rationaliser la production.